• Arthur Baudon Vernet

Quelle heure est il ?

L'entrepreneur, le politique,

l’artisan vont utiliser le temps,

chaque heure, comme la marche

d’un escalier pour parvenir au dernier étage:

leur objectif.

Moins il y aura de marches,

plus l’objectif sera atteint rapidement

et plus ils seront satisfait

pour aussitôt se fixer un autre objectif

et commencer une nouvelle ascension.

En montant une seule marche

du nouvel escalier

ils s'élèveront d'un étage de l’ancien,

c'est l'expérience qui fait ça.

Avant de grimper, ils savent

où est le dernier étage

et comment l'atteindre.

L’artiste n’a pas le même rapport au temps.

Il ne sait ni ou ni comment.

Le temps, ou plutôt la durée

n’est pas un moyen,

mais un matériau intrinsèque de sa création.

L’artiste ne le maitrise pas.

Il peut passer des heures à observer

ce qui l’entoure et durant son observation

ne sait pas ce qu'il en fera,

ou durant une demi-seconde remarquer

un détail insignifiant.

Le soir, le lendemain,

plusieurs jours ou mois plus tard,

après un temps de maturation

qui ne dépend pas de lui non plus,

il restituera au travers du média choisi l’empreinte

que cette demi-seconde lui aura laissé.

Ou peut-être une chose entr’aperçu sera

la source de son film,

de sa nouvelle sculpture

de son tableau.

Et sera réalisé en quelques secondes

s'il s'agit d'un dessin,

en plusieurs mois en sculptant un rocher

ou plusieurs années en écrivant un livre.

Le temps de l’observation,

de la maturation, de la réflexion

et de la restitution,

comme une sorte de valse à quatre temps.

Les quatre pouvant durer de quelques secondes

à plusieurs années, ne jouant jamais le même air..

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos