• Arthur Baudon Vernet

Quelle merveilleuse journée au bord de la mer!

Un soleil brulant.

L’air chargé de mer.

J’ai presque frais par moment.

Un café avec mon instagrameuse favorite.

Nous échangeons sur le don.

Donner du temps, ou donner quelque chose.

Si rien n’arrive, c’est normal, c’est donné.

S’il advient quelque chose, c’est du surplus !

Finalement une façon de provoquer l’inattendu

et surtout de l’accueillir avec espérance.

J’ai poursuivi la journée avec Montaigne raconté par Zweig.

Quelle compagnie !

Raisonnable,

je suis resté à l’ombre du parasol

la majeure partie du temps,

quand fatigué par la lecture ou

quand le corps évapore son eau,

je me plongeais dans la mer

suffisamment fraiche pour me saisir,

m’enveloppant quand j’essayais de la prendre en nageant.

Mon esprit vague.

Je pense à Montaigne.

Comment aurait il reçu Jung ?

Les neurosciences ?

L’ homme qui a marché sur la Lune ?

Les progrès de la médecine ?

La psychanalyse ?

Une exploration du « soi »

qu’il ne pouvait pas nommer ainsi.

Pourtant il avait trouvé les moyens de l’explorer.

Un Christophe Colomb de la vie

qui en explorant la sienne

pensait découvrir une petite chose

et découvre un infini intemporel.

J’ose à peine poursuivre avec Rilke,

une fois Zweig achevé,

j’ai repris ma lecture,

p 76 des Lettres à un jeune poète.

J’ai été cueilli, tellement,

que je suis retourné

me plonger dans la fraicheur

des vagues d’eau salé de la méditerranée.

J’ai fini mon après-midi en compagnie de Rilke.

Et là encore,

je pensais à la rencontre

entre Montaigne, Rilke, Zweig.

Ces trois-là auraient

ainsi augmenté leur existence, encore.

La nôtre en conséquence.

Vraiment quelle belle journée!

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

On ne se protège pas en se mettant à l’ombre de son ombre. Il faudrait pouvoir se regarder bien droit devant la glace scrutant la plus petite ride, comme la grosse, prenant en compte la taille et le v

Celui qui compose grave des mots dans le marbre du temps : les notes de musiques. Comme autant de cailloux blancs pour montrer le chemin autrement invisible. L’un a vu se dérouler dans son imaginaire

Le futur n’est jamais là, toujours en retard. Le présent est là tout le temps, maintenant. Son avenir est dans le passé, mais où est celui du passé ? Dans l’histoire ? Dans l’Histoire ? Cette conventi