• Arthur Baudon Vernet

Rien de nouveau sous le soleil

Le sommeil de la raison provoque le réveil de la passion, assoiffée de désir simple, au début timide.

La raison assoupit, les plaisirs simples ne satisfont plus la passion.

De moins en moins assouvit, elle en veut toujours de plus en plus.

La raison dans son sommeil profond passe une nuit agitée de soubresauts passionnés.

Dans son sommeil paradoxal, elle va même rêver de la passion, réussissant à l’attirer les pieds sur terre un instant. Comprenant que la raison lui joue un tour, la passion va s’envoler de plus belle, devenu tourbillon enivrée d’elle-même, ses passions sont désormais ouragans, puis monstrueuses tornades.

Soudain, un éclair de conscience foudroya la passion, d’un coup le tonnerre réveilla la raison.

Les yeux grands ouverts.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison