• Arthur Baudon Vernet

Rubato

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Il est en nous et est aussi une extension de nous.

On le maîtrise tellement que c'est au-delà de l’interprétation.

L’interprétation peut rester dans le rang, dans le cadre défini par le compositeur

l’écrivain, le créateur.

Là, c’est différent, à cette maîtrise parfaite s’ajoute la part de soi qui va permettre

d’ ajouter une autre dimension.

Un geste légèrement décalé, un plus rapide d’abord puis plus lent ensuite

pour retrouver le rythme général.

Tout se joue juste au-dessus, comme sur des coussins d’air qui roulent.

A un tempo différent.

C’est subtil et délicat. Presque invisible, c’est amusant de parler d’invisible pour un son.

C’est le rubato.

Mais on peut le retrouver chez le peintre avec son pinceau et sa toile, le sculpteur

le photographe. Le corps doit être partie prenante.

C’est le corps et l’esprit et l’esprit et le corps qui y participent.

Ça existe aussi chez un génie du golf qui va littéralement « inventer » une trajectoire de balle

un acteur qui va sublimer le rôle, un skipper qui va créer un nouveau rapport avec la mer,

un grimpeur qui va exécuter une avancée tout à fait impensable sur sa paroi,

un boucher qui va découper sa viande sans jamais user ses couteaux.

Le corps et l’esprit ensemble vont innover, inventer et le public n’est pas dupe quand ça arrive.

Il voit se réaliser devant lui le fantasme enfouit qu’il avait.

Il y a une adéquation totale, immédiate et collective entre son secret espoir et ce à quoi il assiste.

C’est le Rubato

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison