• Arthur Baudon Vernet

Sfumato

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Devient ce que tu dois devenir, certes.

Souvent on se donne beaucoup trop de mal pour affirmer qui on croit être.

Comme cette silhouette sur un tableau avec ses contours

pour bien la marquer et ne pas la confondre avec le décor.

Comme pour signifier : « le décor c’est une chose, moi c’en est une autre ».

Voilà c’est ça, on me voit bien.

Mon intérieur est bien dissocié de l’extérieur par le trait du pinceau.

C’est bien moi, là.

Et si pour devenir ce qu’on est, c’est-à-dire vivant pleinement vivant

pas seulement en survie mais vivant.

Ne fallait-il pas commencer à effacer ce trait, ce contour.

Pas d’un coup bien sûr, sinon on disparaitrait totalement dans le paysage.

Mais délicatement, doucement, lentement comme la technique du sfumato

qui rend tellement vivant le personnage du tableau.

Il devient pleinement lui, puissant, présent et pourtant ses contours sont invisibles.

Il y a comme une porosité entre le personnage et le reste du décor.

Et si c’était ça devenir ce qu’on doit être

Une symbiose avec le milieu par un effacement de ses frontières.

Etre nourri par la paysage et nourrir soit même le tableau.

Sans que l’on sache vraiment qui nourrit qui.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison