top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Tempête sous un crâne

Il est des jours ou dès le réveil

les idées sont de gros nuages noirs

qui bougent très vite changeant

sans cesse de directions et de vitesses.

Les pensées se bousculent sans être totalement abouties,

une cascade de corps morts qui s’accumulent,

ou au contraire une seule stagne.

Ce gros nuage plus gros et plus noir

assombrit toutes nos pensées.

Une seule idée omniprésente,

plus elle occupe d’espace, plus on est convaincu

que c’est bien ça qui va se passer.

C’est inévitable, la catastrophe, le pire va arriver.

Et bien sûr c’est à cause de l’autre,

toujours le même, mais non pas lui,

à cause de moi bien entendu , toujours de ma faute..

Et puis comme après la pluie,

le ciel s’est éclairci sans que l’on ne sache

vraiment ni comment ni pourquoi,

le plafond a décapoté.

Même sans soleil le ciel alors nous réchauffe le cœur.

Les idées s’enchainent sans hâtes,

animées par la raison qui a repris son logos

et titillées par l’imaginaire.

Certaines rebondissent entre elles aisément

et nous en apportent d’autres faisant

des liens abracadabrantesques,

d’autres mènent leur barque en solitaire,

tout ce beau monde s’accorde et nous avec.

Quelle belle journée, finalement quelle belle journée.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Komentarze


bottom of page