• Arthur Baudon Vernet

Un cœur apprenant

Dernière mise à jour : 11 mars

Ce n’est pas tant les instants qui comptent que la façon dont nous les percevons.

Il ne s’agit pas de chercher à être heureux, mais d’apprendre à aimer tous ces moments.

C’est un mélange d’attention et d’abandon.

De prise et de lâcher prise.

Au début, on serre trop fort ou on ne lâche pas assez

comme un cœur apprenant cherchant son rythme.

Maladroits battements du débutant sans harmonie

comme l’enfant qui débute la marche.

Le pas hésitant, hanté par le souci de ne pas tomber.

Puis un pied se pose correctement sur le sol invitant le second à l’imiter.

Le corps est presque droit maintenant,

un léger sourire a remplacé

le rictus de peur du début.

Les poings serrés se sont relâchés,

les doigts de la main sont détendus et souples.

Les pas s’enchainent alors facilement souplement

la tête auparavant en avant ou trop en arrière

est maintenant détendue et droite.

Le sourire a gagné l’ensemble du visage : je marche !

Et bien, aimer la vie c’est un peu pareil,

ça s’apprend aussi avec de l’attention et de la détermination.

Comme la marche devenu automatique,

on peut aimer la vie comme on respire.


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.