• Arthur Baudon Vernet

Un passé à l’avenir incertain

« La nostalgie est une paresse »,

pour Sylvain Tesson,

« elle autorise à ne pas trouver

dans l’époque les raisons de se réjouir ».

Elle est aussi la démonstration

que celui qui l éprouve n’entrevoit pas d’avenir.

Sans projets, on se souvient du temps où on en avait.

L’émotion d’avoir un projet

et la piqure d’énergie qui l'accompagne

sont imprimés dans ce temps passé.

Quand on se remémore ce temps ancien,

on revit l’émotion de ce projet disparu

et alors la nostalgie peut nous envelopper.

Il n’y a rien de paresseux,

et puis il y a des jours et des périodes

où il est plus difficile que d’autres de trouver

« des raisons de se réjouir de l’époque, non ?

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.