• Arthur Baudon Vernet

J+37

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Enfant, on pense devenir adulte dans le monde…de son enfance.

Une fois adulte, ce n’est plus dans le monde de notre enfance mais dans un autre !

Une course effrénée. Comme si notre corps et notre esprit n’étaient pas raccord.

L’un devance l’autre,

l’autre traine l’un,

l’un tire l’autre.

Une course vous dis-je, décousue, désordonnée, toujours trop rapide ou trop lente.

Comme si les jambes couraient à une vitesse et dans une direction contraire à celle du torse et des bras.

Jamais en rythme, pas synchronisés.

Un matin, quand ça arrive, on est raccord.

On n’a plus besoin de courir, plutôt de ralentir même, voire de s’arrêter.

De prendre le temps de regarder tout autour de soi, puis de s’effacer pour que le monde

qui nous entoure nous absorbe totalement.

On pensait qu’il fallait dominer le monde pour y être chez soi.

On se rend compte que c’est en s’y fondant totalement qu’on y existe pleinement.

Comme quand on trouve quelque chose qu’on a cherché pendant longtemps

sans savoir vraiment ce qu’on cherchait, et qu’on tombe dessus.

On le sait, d’un coup. La force de l’évidence.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison