• Arthur Baudon Vernet

Vous avez perdu quelque chose ?

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Quelqu’un qu’on connait depuis longtemps depuis toujours :

Il est mort !

On ne le voyait plus, depuis des années.

Mais cette information, immédiatement nous tétanise

Provoque un arrêt net. Si on marchait, on s’arrête.

On ne réfléchit plus à ce qu’on allait faire, figé, bloqué.

La mort a stoppé notre élan de vie.

On sent aussi un manque, un vide.

Comme si sa vie était une partie de notre être dont on venait d’être amputé.

Au mot « mort », instantanément notre être comprend qu’il faut déplacer

le souvenir de cette personne à un autre endroit.

Il n’est plus dans nos souvenirs de vivants, il faut le ranger dans celui

des morts maintenant. Pourquoi ?

Comme si, en stoppant le mouvement on arrêtait aussi le temps.

Peut-être dans l’illusion de pouvoir le remonter et retrouver celui

qui n’est plus pour lui dire tout ce qu’on ne lui a pas dit.

.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison