top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Voyage dans les interstices.

Dernière mise à jour : 13 sept. 2022

Les pensées naissent entre les mots,

à cause de leur imprécision,

l’espace ainsi libéré

par l’incomplétude de leur sens

permet à la pensée

de s’immiscer dans le vide apparu.

Le mot n’arrive jamais

à désigner totalement et exactement

ce qu’il est censé nommer.

Sauf pour les mots de services,

ceux du « dire » comme « table »

par exemple,

ou ceux qu’utilisent les spécialistes

qui ont inventé un langage associé à leur expertise.

pour désigner exactement et totalement,

qui une maladie pour un médecin,

comme « endométriose »,

un boulon pour un industriel,

celui de « bridage »,

un mot pour un informaticien,

comme le « bug »,

une durite pour un garagiste,

celle avec sa « tresse extérieure en inox »,

une pièce de viande pour un boucher,

comme « l’ araignée, le merlan sans oublier la poire »,

un champignon pour un pharmacien,

comme le Comprinus Comatus et pas chevelu,

une équation pour un mathématicien,

comme celle de Dirac ou encore 1+1= 2

Dans le langage du « dire » et de l’expert,

les pensées n’ont d’ailleurs pas de place.

puisqu’il s’agit de qualifier

avec la plus grande précision possible

afin d’écarter toute « interprétation » possible.

« L’interprétation », le berceau même d’une pensée.

Quand la pensée est bien vivante,

elle engendre souvent un désir,

c'est bien pourquoi le langage

qui donne vie à la pensée, « est » commencement.

Qu’il s’agisse d'un amour comme d'une guerre.


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page