top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le Soleil ne fait pas que briller.

L’amour, une flèche qui transperce le temps

puisqu’en se souvenant de son premier amour,

ce seul rappel au présent convoque immédiatement

et complétement les mêmes tremblements de notre cœur.

De l’amour de ses parents dont on pas forcement

conscience sur le moment, enfant c’est notre premier

rapport à l’amour, il est évidence.

De l’amour de ses frères et sœurs, de l’amour

de ses grands-parents, de la tante x ou de l’oncle y ,

de son ami, du meilleur ami

qui n’est pas celui d’un ami.

Tous ces amours ont marqué au fer rouge notre cœur,

notre être dans son entier.

L’amour que l’on porte à ses enfants,

cette relation singulière, indicible.

Chaque enfant y a sa place et

quand on pense à l’un il l"occupe totalement

et si l’on pense à l’autre,

il a instantanément toute la place lui aussi.

Ce fil d’or nous transperce

pour nous lier à notre amour présent,

se déroule aussi à travers le temps

quand il s’agit d’un amour disparu.

L’amour des petits enfants pour leur grands parents morts,

pour un amour éteint.

Un trait d’union qui fait fit du temps et de l’espace.

L’amour est là, partout tissant des liens tout le temps.

C’est pour çà que quand le soleil se couche

il est souvent doré, il fait briller tous ces liens invisibles

pour nous rappeler que l’amour est là même

quand on ne le voit plus.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page