top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Jeter, mais quoi ?

Une obscurité s’éclaire avec les rayons

de lumière sous la porte

mais d’où vient la lumière ?

On est fait de sédiments, d’accumulations de passés

non vécus, d’expériences éprouvées..

Cette accumulation peut nous étouffer.

Il faut faire un tri.

On ne peut pas tout garder

On ne peut pas se souvenir de tout,

on est obligé d’oublier, de jeter.

De choisir, donc de renoncer.

Savoir renoncer,

il n’y pas de leçon du renoncement.

Mais le renoncement est indispensable pour avancer .

D’ailleurs quand on aime vraiment,

on ne se demande pas ce que l’on va

laisser au bord de la route pour courir plus léger

et plus rapidement vers son amour.

On fonce, on y va, on hésite pas une seconde.

Ce n’est qu’après coup,

parfois,

on se rend compte de ce que l’on a du abandonner.

Le renoncement a été indolore,

on ne s’est même pas rendu compte des portes

que l’on a du fermé

pour en ouvrir une tout en grand.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Σχόλια


bottom of page