top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Joyeux anniversaire.

II avait toujours le même costume,

la même coupe pour ses chemises.

Deux couleurs de chaussures

pour qu’un lundi sur deux ne soit pas

tout à fait le même.

Les cheveux toujours taillés de la même façon

à croire qu’il allait tous les jours chez son coiffeur

ou qu’ils ne poussaient plus.

Toujours rasé de près.

Le même air, jamais étonné,

un sourire toujours dans la même gamme.

La voix posée, ni agréable, ni désagréable,

un rythme suffisamment rapide pour ne pas ennuyer

suffisamment lent pour que chaque mot soit bien entendu.

Il ne s’emportait jamais, ni dans la colère, ni dans la joie.

Les autres ne voyait que le masque qu’il s'était fabriqué.

Aujourd’hui, il fête ses cinquante ans, seul.

Plutôt que d’inviter son réseau,

patchwork de camarades de promo, d’amis, de relations,

de faux amis, de membres de sa famille

et d’organiser une fête comme chaque année.

Il préfère être seul pour une fois avec lui-même,

lui qui dit toujours en souriant

« qu'il n’a jamais une minute pour lui ».

Le voilà durant toute une soirée avec lui.

Mais que vont-ils se dire ?

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page