top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Joyeux anniversaire.

II avait toujours le même costume,

la même coupe pour ses chemises.

Deux couleurs de chaussures

pour qu’un lundi sur deux ne soit pas

tout à fait le même.

Les cheveux toujours taillés de la même façon

à croire qu’il allait tous les jours chez son coiffeur

ou qu’ils ne poussaient plus.

Toujours rasé de près.

Le même air, jamais étonné,

un sourire toujours dans la même gamme.

La voix posée, ni agréable, ni désagréable,

un rythme suffisamment rapide pour ne pas ennuyer

suffisamment lent pour que chaque mot soit bien entendu.

Il ne s’emportait jamais, ni dans la colère, ni dans la joie.

Les autres ne voyait que le masque qu’il s'était fabriqué.

Aujourd’hui, il fête ses cinquante ans, seul.

Plutôt que d’inviter son réseau,

patchwork de camarades de promo, d’amis, de relations,

de faux amis, de membres de sa famille

et d’organiser une fête comme chaque année.

Il préfère être seul pour une fois avec lui-même,

lui qui dit toujours en souriant

« qu'il n’a jamais une minute pour lui ».

Le voilà durant toute une soirée avec lui.

Mais que vont-ils se dire ?

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page