• Arthur Baudon Vernet

L' ami(e)

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

L’envie d’écouter l’autre, de le rencontrer, de partager.

Sourire de sa propre situation.

Un conseil.

Partager une question sans réponse, et écouter la sienne.

Se confier sans se dévoiler, sachant que l’autre comprendra.

C’est en demi-teinte, avec pudeur, avec une confiance absolue.

La pudeur est là pour envelopper la vérité sans la masquer.

Le temps n’a pas d’emprise sur l’amitié.

On sait.

Les échanges peuvent être badins, légers, souvent complices, parfois non.

Mais ils ont toujours quelque chose de gaie, de joyeux.

Et soudain un mot, une phrase, va surgir.

C’est cet échange, ce mot qui ne peut exister qu‘avec un ami et seulement un ami.

On ne sait jamais à l’avance quand cela se passera, d’ailleurs parfois ça ne se passe pas.

La présence n’a pas d’influence non plus, même s’il n’est pas là on sait qu’il est là quelque part.

Car un ami, on n’en a pas « besoin ». Il fait partie de nous.

Il n’est pas une chose extérieure qu’on veut à soi, il n’est pas de l’ordre de la possession.

Il va, il vient, il est libre.

Le lien est omniprésent mais pas actif tout le temps comme s’il était un fil lumineux parfois éteint, parfois allumé.

Comme une lumière blanche mais pas trop blanche, un peu plus chaude que blanche.

Douce, parfois puissante, mais toujours douce, chaude et enveloppante.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Son œil émerveillé, brillant scintille d’intelligence, de malice et d’autant de naïveté. Un subtil mélange qui nous cueille. Son verbe n’est pas dogmatique, mais systématiquement adapté à son invité.