• Arthur Baudon Vernet

L’effet papillon.

Je n’avais jamais imaginé

que l’amour puisse

se transformer en indifférence

accompagnée d’une pincée de détestation.

Je pouvais penser

qu’il ne serait pas là tout le temps.

L’un aime plus que l’autre par moment,

et vice versa, un peu comme

deux balançoires.

Un coup l’une est haute, l’autre basse

puis l’une basse et l’autre haute,

parfois les deux sont à l’arrêt

côte à côte ou bien en l’air.

Voilà un ballet

ou tout est question de rythme.

L’un tire l’autre, puis l’autre entraine l’un.

Par moment, l’un s’abandonne à l’autre,

par d’autres les deux s’abandonnent

mutuellement sans plus savoir

qui s’est abandonné à qui.

Avec le temps, j’aurais pu imaginer

que la passion se transforme en amour

puis en amitié indéfectible,

l’attrait des corps étant moindre.

La somme des deux restant

plus grande que leur addition.

Il faut bien l’admettre,

la perte de confiance

à permis à la fin du respect

de se montrer,

réveillant le mépris,

qui en invitant la détestation

à élever l’indifférence en maitre.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos