top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’espace-temps des artistes et des capitaines.

Dans un instant,

ils ne voient qu’un moyen de se concentrer

pour faire ce qu’ils doivent faire

et atteindre leur objectif.

Ils ne peuvent donc pas s’ouvrir

à tout ce qu’il y a dans « un instant ».

C’est trop grand, beaucoup trop vaste,

ils ne peuvent pas le voir.

Ils n’ont pas la bonne focale.

Trop courte, ils ne voient que détails,

et parmi eux ne discernent

pas celui qui est important.

Trop longue, alors éloignés

du réel, ils sont hors sol.

Ils n’ont jamais la distance qui convient.

Seuls les artistes ont des lunettes à double,

voire triple foyer qui leur permettent

d’appréhender toute la réalité,

un même temps dans un même espace.

Par les détails, comme par le tout,

ils font un zoom arrière ou/et avant.

Cette vision permet de faire

le pas de coté indispensable

pour regarder le réel

non plus seulement de face

mais de tous les côtés quand le pas

se transforme, parfois en danse.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page