top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’homme de feu

L’homme dans son avidité veut tout, prend tout.

Ses désirs à satisfaire sont de plus en plus nombreux

au fur et à fur qu’il les assouvit.

Un feu qui se nourrit du feu.

Assoiffé de matière à consumer,

plus le feu a grossi, plus il est devenu incontrôlable,

courant de tous côtés pour trouver

toujours plus de combustibles.

En manque, comme un drogué doutant

ne pas avoir sa dose en temps voulu.

Aucun sens à la direction de ses trajectoires,

toutes sont valables.

Il consume à droite, à gauche, vers l’avant

ou l’arrière, sautant ou courant,

s’arrêtant parfois sur une grosse

pièce plus longue à dévorer.

Il poursuit sa route jonchée de restes gris,

de cadavres noirs, quelques foyers aux flammes vacillantes

dégagent des fumées encore brulantes.

N’ayant plus à rien à consumer, qu’il regarde

en arrière ou sur les côtés,

un paysage de cendres se dévoile.

Dessoûlé d’un coup il prend conscience de ses actes.

Trop tard, il a cru ses désirs comme

un puit sans fond, mais là,

il n’y a plus à rien, vraiment plus rien à consumer.

Il ne reste que lui -même.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentarios


bottom of page