top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’homme de feu

L’homme dans son avidité veut tout, prend tout.

Ses désirs à satisfaire sont de plus en plus nombreux

au fur et à fur qu’il les assouvit.

Un feu qui se nourrit du feu.

Assoiffé de matière à consumer,

plus le feu a grossi, plus il est devenu incontrôlable,

courant de tous côtés pour trouver

toujours plus de combustibles.

En manque, comme un drogué doutant

ne pas avoir sa dose en temps voulu.

Aucun sens à la direction de ses trajectoires,

toutes sont valables.

Il consume à droite, à gauche, vers l’avant

ou l’arrière, sautant ou courant,

s’arrêtant parfois sur une grosse

pièce plus longue à dévorer.

Il poursuit sa route jonchée de restes gris,

de cadavres noirs, quelques foyers aux flammes vacillantes

dégagent des fumées encore brulantes.

N’ayant plus à rien à consumer, qu’il regarde

en arrière ou sur les côtés,

un paysage de cendres se dévoile.

Dessoûlé d’un coup il prend conscience de ses actes.

Trop tard, il a cru ses désirs comme

un puit sans fond, mais là,

il n’y a plus à rien, vraiment plus rien à consumer.

Il ne reste que lui -même.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page