top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’un dans l’autre.

L’empathie, quel malentendu !

On essaye de prendre la place de l’’autre.

Plus on l’écoute, plus on lui pose de questions,

plus on est attentif, plus on est persuadé

d’avoir compris l’autre, ses abysses ou ses bonheurs.

Il s’agit en fait toujours de nous,

mais à sa place à lui, c’est donc toujours nous.

Il ne s’agit que de soi qui se promène en terres inconnues

et en respire le parfum, persuadé d’être à l’écoute

et de comprendre les autochtones

Il faudrait se laisser envahir par l’autre,

s’en imprégner par toutes les pores de notre peau

comme un acteur immergé

dans le rôle qu’il va interpréter.

C’est un abandon dont il s’agit,

l’abandon de soi pour laisser l’autre y rentrer.

Alors là peut-être,

pourra-t-on ressentir ce que l’autre ressent ?

Ca dépend du rôle et de l'acteur

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Commentaires


bottom of page