• Arthur Baudon Vernet

L’un dans l’autre.

L’empathie, quel malentendu !

On essaye de prendre la place de l’’autre.

Plus on l’écoute, plus on lui pose de questions,

plus on est attentif, plus on est persuadé

d’avoir compris l’autre, ses abysses ou ses bonheurs.

Il s’agit en fait toujours de nous,

mais à sa place à lui, c’est donc toujours nous.

Il ne s’agit que de soi qui se promène en terres inconnues

et en respire le parfum, persuadé d’être à l’écoute

et de comprendre les autochtones

Il faudrait se laisser envahir par l’autre,

s’en imprégner par toutes les pores de notre peau

comme un acteur immergé

dans le rôle qu’il va interpréter.

C’est un abandon dont il s’agit,

l’abandon de soi pour laisser l’autre y rentrer.

Alors là peut-être,

pourra-t-on ressentir ce que l’autre ressent ?

Ca dépend du rôle et de l'acteur

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau