top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La bourse ou la vie ?

Par définition,

on ne rencontre la mort

que quand on est vivant.

Une fois mort, nous et elle,

ne faisons qu’un,

mais ni elle, ni nous ne pouvons témoigner.

Vivant, on la côtoie quand elle touche,

le parent, l’ami, la connaissance,

l’inconnu célèbre, la célébrité, l’autre.

La première rencontre quand

elle touche un proche est sidération.

L’autre n’est plus, son odeur disparait assez vite,

sauf le parfum qu’il portait,

Les souvenirs communs nous sautent à la gueule,

les bons comme les mauvais, surtout les bons.

Le son de sa voix s’estompe, son rire persiste

plus longtemps dans notre mémoire,

les trais de son visage se confondent

avec les photos que l’on garde de lui.

Pourquoi lui et pas moi ?

Comment lui survivre ?

Comme si il y avait une indécence,

une culpabilité à pleurer devant

ce magnifique couché de soleil qu’il ne peut plus voir.

Une honte à respirer cet air qu’il ne respire plus

Avec le temps, on lui survit et même bien.

La puissance du mouvement de vie

toujours plus forte que l’immobile froideur de la mort.

Avec le temps pourtant on la croise de plus en plus,

et peut être à cause de cette fréquence,

chaque nouvelle mort ajoute de la tristesse,

augmente le nombre des absents,

intensifie le sentiment d’injustice et d’absurdité,

mais, chaque mort est

comme un coup de pied au cul

pour nous signifier que la vie est belle.

Chaque rendez-vous nous incite à ouvrir

les yeux plus grand encore pour mieux voir,

à être plus attentif à la moindre minute de vie,

à remarquer le moindre souffle du vivant

que nous croisons.

Comme si chaque mort nous avait

transmis un peu de sa vie pour doper la nôtre

et apprendre à aimer la vie telle qu’elle est,

à l’embrasser tout entière tel quel,

seulement pour ce qu’elle est, parce qu’elle est la vie.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comentarios


bottom of page