top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La contribution.

Fascinés par les objets que nous produisons,

tels des poissons devant la lumière des lamparos

qui se jettent à corps perdu sur le bateau,

nous plongeons dans un bassin

de produits et de services

pour nettoyer notre mal être le temps du bain.

Aussitôt hors de l’eau, le voici qui surgit à nouveau

puisque nous vivons oublieux des fondamentaux.

Nous sommes un être complet qui s’accomplit

totalement dans le mouvement de la création

de lui-même par lui-même,

contribuant à la hauteur de son meilleur

pour proposer l’inattendu au monde.

Un imprévisible qui n’appartient qu’à lui,

puisque comme les flocons de neige

nous sommes tous différents et pourtant semblables.

Eux ont toujours six pointes, nous

un corps, deux jambes, deux bras, une tête,

pour le reste tout est libre et unique.

C'est bien ce mouvement inattendu

qui transforme le monde à chaque instant.

.


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page