• Arthur Baudon Vernet

La danse du noir.

Dernière mise à jour : 25 juin 2021

Un reptile ?

Un serpent avec une carapace ?

Un boa en pleine digestion ?

En tout cas c’est noir, ça se meut au sol.

Il y a trop de tension pour que ce soit un invertébré.

C’est fluide, mais la tension est trop forte.

Il doit y avoir une ossature rigide sur laquelle les muscles trouvent un point d’appui

pour se tendre juste au-delà de leur maximum.

La reptation s’accélère parfois, la « chose » pivote sur elle-même s’agrandi, se repli, s’étire, s’écartèle.

Il est difficile de se faire une idée de sa taille précise.

Est-ce la « chose » qui bouge ou le sol qui se joue d’elle ?

Le tout est harmonieux.

Imposant à ceux qui osent la regarder, une grande puissance souple dont on ignore d’où provient l’énergie d’origine.

La musique change.

Deux moignons, puis deux bras, un corps, deux jambes s’extraient d’une membrane noire

sans forme dont elle se débarrasse.

Un corps humain tout de noir se dresse et danse manifestant dorénavant sa puissance originelle dans la verticalité.

Ce corps en tension entre deux abîmes manifeste la vie, la sienne aussi.

La tension du début fait place à une envolée, comme si la « chose » du début expérimentait l’équilibre instable

d’être debout et non plus couchée.

Cette nouvelle sensation lui procure du plaisir, ça se sent.

La musique change et le plaisir se mue petit à petit en joie.

Le corps se débarrasse alors de ses habits noirs, il ne s’agit pas d’un effeuillage,

il s’agit d’enlever la dernière peau qui cache encore le corps à vif juste en dessous.

Les doigts des mains apparaissent, les jambes et leurs pieds, le corps,

puis le masque tombe dévoilant un visage que seule la joie peut faire rayonner de la sorte.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos