top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La distraction du bleu du ciel.

Le bleu du ciel sans vent,

l’absence d’obligations sociales,

la chaleur du soleil et la fraicheur de son ombre,

libéré d’une comptabilité du temps qui passe.

Alors, peut être, le plein de soi surgit.

Il ne s’agit pas « de l’enflure de l’être »,

mais d’une dissolution de soi dans l’air marin

qui nous traverse dans cette fin d’été.

A entendre le compte rendu des soirées de l’été,

le vide y a été plus fréquent que la matière.

La distraction de quelques semaines

de vacances recouvre les questions,

dont on ne veut pas connaitre les réponses,

d’un voile léger ou d’un épais tapis poussiéreux.

Plus il est lourd, plus la distraction devra être

époustouflante et continue, et puis au bout d’un temps

on ne saura plus si c’est la question sans réponses

qui entraine la distraction ou le contraire.

Cette absence de choses à faire permet

d’être disponible pour

recevoir les rayons du soleil,

sentir la caresse de l’air frais,

s’étourdir devant le nuancier des verts de la forêt,

être hypnotisé par le refrain de la rivière

quand son eau se brise en éclats

lumineux et sonores sur les rochers,

obstacles de son flux.

Cette communication n’a besoin d’aucun

Bluetooth, Wifi, 5 G, ni d’aucun abonnement,

elle est au cœur de chacun.

Un lien instinctif est tissé avec

le fruit mur cueilli dans l’arbre,

l'envie d’en savoir plus et par l’effet de ce désir,

augmenter son être plutôt que son avoir devient premier.

Les deux sont sans limites,

mais dans un cas la croissance dépend

totalement de soi, dans l’autre,

on remet son existence à des causes extérieures.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page