top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La douleur de l’aube

Traverser l’enfer avec joie,

c’est marcher pieds nus sur des braises

que l’on ne voit pas brûlantes

mais plus un pied chasse l’autre

plus la chaleur des charbons incandescents

pique, pince, mord, pour finir par tordre

de douleur nos pieds tellement fragiles.

Et pourtant, il faut avancer. Le recul est impossible.

L’arrêt rend la douleur plus intense encore.

Il faut absolument regarder devant vers le noir.

Le bout du tunnel n’est pas encore visible,

la douleur s’accumule à chaque nouveau pas.

On croit s’y être habitué puisque

qu’on finit par ne plus la ressentir.

Elle est tellement forte qu’elle a

saturé notre capacité nerveuse.

Nos nerfs ne font plus la différence

entre le chaud, le très chaud, le brûlant, le mordant

ou le lent déchiquetage de la chair

lorsque les flammes la dévorent.

La douleur maximale est atteinte,

le cran de plus n’existe pas.

Tout est douleur, les sens en sont anesthésiés.

Cette souffrance omniprésente capte leur attention

incapables de réagir à d’autres stimuli.

Pourtant, à un moment, une petite lueur apparaîtra.

Effectivement, le ciel est au plus noir avant l’aube.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Commentaires


bottom of page