• Arthur Baudon Vernet

La force est avec toi.

Dernière mise à jour : 25 sept.

Enfant, on pense devenir adulte dans le monde…

de son enfance.

Une fois adulte, ce n’est plus le monde de notre enfance,

mais un autre ! Une course effrénée.

Comme si notre corps et notre esprit

n’étaient pas raccord.

L’un devance l’autre,

l’autre traine l’un,

l’un tire l’autre.

Une course vous dis-je, décousue,

désordonnée, toujours trop rapide ou trop lente.

Comme si les jambes couraient

à une vitesse et dans une direction

contraire à celle du torse et des bras.

Jamais en rythme, pas synchronisés.

Un matin, quand ça arrive, on est raccord.

On n’a plus besoin de courir,

plutôt de ralentir même, voire de s’arrêter.

De prendre le temps de bien regarder

tout autour de soi, puis de s’effacer pour que le monde

qui nous entoure nous absorbe totalement.

On pensait qu’il fallait dominer

le monde pour y être chez soi.

On se rend compte que c’est en s’y fondant

totalement qu’on y existe pleinement.

Comme quand on trouve quelque chose

qu’on a cherché pendant longtemps

sans savoir vraiment ce qu’on cherchait,

et qu’on tombe dessus.

On sait, d’un coup.

La force de l’évidence.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos