• Arthur Baudon Vernet

La mesure

Dernière mise à jour : 5 juin 2020


Il est tellement agréable de se « resservir ». Au diable « la mesure » !

Quand on s’est resservi, forcement avec succès

on va le faire dans tous les domaines. Et c’est toujours aussi agréable !

On multiplie ainsi les plaisirs. Se resservir, pourquoi refuser ?

Ca devient une habitude, un automatisme, puis un système :

On y fait plus attention et puis surtout, on ne peut plus faire autrement.

Le manque n’est jamais comblé. Il y a toujours un plaisir à prendre.

C’est sans avenir, car plus on se resservira plus on en aura envie.

Dire stop, c’est dur, très dur. Se priver de son plaisir.

Et puis son entourage en rajoute: Pourquoi non ? T’es trop con, ressers -toi,

fais comme moi…

L’injonction du milieu ne vas pas aider.

Et puis on va se rendre compte qu’on avait perdu le plaisir de la dernière bouchée puisqu’on se resservait tout le temps.

En attente toujours, de la future bouchée sans apprécier vraiment celle que l’on venait d’ingurgiter.

On n’y faisait même plus attention.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

Suis-je beau ? Cette chemise avec une cravate ? Oui, non ? Veste ou pull ? Chaussettes, j’aime quand elles serrent le mollet et qu’elles sont fines et légères. Pas trop fines et pas trop légères non p