top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La mousse des nuages.

Comme il est pratique d’oublier

pour faire croire qu’on a pardonné.

L’oubli peut paraître une solution de facilité,

mais il est indispensable pour avancer. C’est comme jeter,

on ne peut pas tout garder avec soi.

On choisit ce qu’on abandonne. C’est comme ça qu’on s’engage,

en renonçant à ce qu’on laisse au bord de la route. Il faut tracer. Les oublis volontaires et conscients réapparaissent soudain. Des moments passés sont ravivés à la lumière du jour,

la couleur de la lumière peut être doré

comme grise en fonction du moment passé qu’elle réveille. Curieusement, seule l’écume persiste.

Ce que nous allons puiser dans notre passé pour le rapporter au présent dépend-il vraiment de nous ? La clarté des souvenirs n’est jamais là même non plus.

Pour certains, plus on les ramène au présent

plus ils deviennent clairs,

quand d’autres au contraire, deviennent flous

comme s’ils s’usaient à chaque voyage

du passé vers le présent.

Comme une chemise trop portée au col

et aux poignées qui s’effilochent lentement. Mais on aime tellement la porter, on ne le voit pas.

Un jour, il faudra la jeter,

on ne peut pas donner une chemise dans un tel état.

Comme on est bien avec elle sur sa peau,

elle est légère bien coupé, pas trop ample non plus,

ni trop longue, ni trop courte.

On l’a tellement porté, c’est comme une armure,

avec elle, on se sent invincible.

Elle nous a tellement accompagné

dans toute sorte de moments,

elle nous facilite la remontée de leurs souvenirs.

Un allié pour explorer certains

événements passés trop enfouis. Il faudra malgré tout la jeter,

un jour et en trouver une autre.

Il faut bien tracer.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page