top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La plaie blanche.

Dernière mise à jour : 1 juil. 2021

Le bateau roule

Le soleil cogne

Le vent se tait

Le moteur tonne

La mer se déroule

sous le bateau

qui la coupe en deux

ouvrant une plaie blanche

aussitôt cicatrisée.

Quelques veines blanches marquent le bleu,

puis plus rien, la trace du bateau n’existe déjà plus.

Le marin dessine avec son bateau

une trajectoire de l’instant

qui ne va que dans un sens.

Le montagnard qui gravit la montagne

crée en même temps le chemin de la descente.

Le marin ne connait pas la descente,

il ne connait que l’avant.



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page