top of page
  • Arthur Baudon Vernet

La plaie blanche.

Dernière mise à jour : 1 juil. 2021

Le bateau roule

Le soleil cogne

Le vent se tait

Le moteur tonne

La mer se déroule

sous le bateau

qui la coupe en deux

ouvrant une plaie blanche

aussitôt cicatrisée.

Quelques veines blanches marquent le bleu,

puis plus rien, la trace du bateau n’existe déjà plus.

Le marin dessine avec son bateau

une trajectoire de l’instant

qui ne va que dans un sens.

Le montagnard qui gravit la montagne

crée en même temps le chemin de la descente.

Le marin ne connait pas la descente,

il ne connait que l’avant.



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page