top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le doute de l’agenda.

Le lundi, je rempli mon agenda avec jubilation.

Quand la dernière case vide est remplie,

la vague de satisfaction du travail

accomplit m’envahie, je suis productif .

Puis, c’est un vertige, une angoisse : plus une minute à moi.

Le désir de l’agenda vide donne aussi le vertige,

il m’oblige à composer avec l’imprévu,

l’ennui et surtout moi-même et me culpabilise.

C’est éprouver l’inconfort du doute permanent,

rempli de points d’interrogations

avec quelques très rares points pour respirer seulement,

et le confort des certitudes entourés de points

bien à l’abri derrière une forêt de points d’exclamation.

Le désir, moteur de l’élan vital aliéné

par son besoin de prendre

tout ce qui se présente à lui,

incapable de de s’abandonner

au simple fait d’être vivant,

incapable de vivre pour vivre.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page