• Arthur Baudon Vernet

Le doute de l’agenda.

Le lundi, je rempli mon agenda avec jubilation.

Quand la dernière case vide est remplie,

la vague de satisfaction du travail

accomplit m’envahie, je suis productif .

Puis, c’est un vertige, une angoisse : plus une minute à moi.

Le désir de l’agenda vide donne aussi le vertige,

il m’oblige à composer avec l’imprévu,

l’ennui et surtout moi-même et me culpabilise.

C’est éprouver l’inconfort du doute permanent,

rempli de points d’interrogations

avec quelques très rares points pour respirer seulement,

et le confort des certitudes entourés de points

bien à l’abri derrière une forêt de points d’exclamation.

Le désir, moteur de l’élan vital aliéné

par son besoin de prendre

tout ce qui se présente à lui,

incapable de de s’abandonner

au simple fait d’être vivant,

incapable de vivre pour vivre.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos