top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le jeu du nous.

Dernière mise à jour : 15 juin 2023

Ne plus être estourbillé par le flux des choses inutiles.

Objets de consommation, bruits et lumières

toujours trop forts, agitations,

déplacements, horaires, choses à faire,

paroles qui ne disent rien

sauf qu’elles désignent les choses,

le temps qu’il fait, celui qu’il fera demain et qu’il a fait hier.

Ce flux occupe notre attention comme pour nous écarter

sans cesse de ce qui est important.

Le silence, l’absence de lumière,

l’absence de gens autorise un accès à soi.

Notre cerveau nous livre alors un flot d’images mentales

et tisse des liens impensables.

Cette activité cérébrale intense est efficace.

Elle n’est plus polluée par le plaisir certes agréable

que procure la distraction,

mais qui nous éloigne sans cesse de nous.

Ce nous ne se veut pas égocentré.

C’est tout le contraire.

La prise de conscience de ce nous est un hommage

à notre vie, et donc à la vie en général.

Se rendre pleinement compte de ce que je suis

et exprimer ce que provoque en moi le monde

qui m’entoure en usant de mes émotions

et de mes sentiments, en rendre compte

aux autres en partagent avec eux mes découvertes,

c’est une ode à la vie, à l’humanité de l'humain.

Le « je » en s’exprimant devient un « nous ».

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentários


bottom of page