top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le pas du haut.

Faire un pas de côté n’est pas une fuite, ni regarder le monde d’en haut.

C’est au contraire une façon d’absorber totalement le réel.

Avant de pouvoir le faire, il faut donner une attention extrême à ce qui nous entoure.

Etre aux aguets d’un façon tellement aigue que cette attention va nous révéler ce que l’on n’avait pas vu.

Le pas de côté est la conséquence de cette imprégnation.

Ayant ainsi vu le réel dans sa totalité, je peux maintenant l’observer sur toutes ces faces

tourner autour, le voir de loin, ou de très près.

Je peux l’isoler comme un objet indépendant de soi.

Sans cette attention extrême et un temps incompressible d’observation,

il ne s’agira que d'une illusion:

celle d'avoir fait ce pas de côté

et parfois de se croire au-dessus de la mêlée.



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page