• Arthur Baudon Vernet

Le pas du haut.

Faire un pas de côté n’est pas une fuite, ni regarder le monde d’en haut.

C’est au contraire une façon d’absorber totalement le réel.

Avant de pouvoir le faire, il faut donner une attention extrême à ce qui nous entoure.

Etre aux aguets d’un façon tellement aigue que cette attention va nous révéler ce que l’on n’avait pas vu.

Le pas de côté est la conséquence de cette imprégnation.

Ayant ainsi vu le réel dans sa totalité, je peux maintenant l’observer sur toutes ces faces

tourner autour, le voir de loin, ou de très près.

Je peux l’isoler comme un objet indépendant de soi.

Sans cette attention extrême et un temps incompressible d’observation,

il ne s’agira que d'une illusion:

celle d'avoir fait ce pas de côté

et parfois de se croire au-dessus de la mêlée.



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau