• Arthur Baudon Vernet

Le pas du haut.

Faire un pas de côté n’est pas une fuite, ni regarder le monde d’en haut.

C’est au contraire une façon d’absorber totalement le réel.

Avant de pouvoir le faire, il faut donner une attention extrême à ce qui nous entoure.

Etre aux aguets d’un façon tellement aigue que cette attention va nous révéler ce que l’on n’avait pas vu.

Le pas de côté est la conséquence de cette imprégnation.

Ayant ainsi vu le réel dans sa totalité, je peux maintenant l’observer sur toutes ces faces

tourner autour, le voir de loin, ou de très près.

Je peux l’isoler comme un objet indépendant de soi.

Sans cette attention extrême et un temps incompressible d’observation,

il ne s’agira que d'une illusion:

celle d'avoir fait ce pas de côté

et parfois de se croire au-dessus de la mêlée.



13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.