top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le sang et la chlorophylle

La correspondance avec le monde

s’écrit avec des mots inconnus.

On la découvre seulement quand les mots

sont déposés à leur place sur le papier.

Je suis un élément du vivant qui transforme des sons,

des images, des sensations, des émotions,

des pensées en matières constituées

de mots et de photographies.

Les neurones transforment bien

des impulsions électriques et des échanges chimiques

en bien ou en mal être.

Les végétaux transforment l’eau et la lumière

en solide de matière verte harmonieuse ou non.

L’artiste est une cellule vivante qui se nourrit

de son environnement

pour le métamorphoser en autre chose.

Une matière nouvelle qu’il est le seul à créer

pour rendre hommage au simple fait qu’il soit vivant,

bien vivant dans sa singularité.

Il ne s’agit pas d’une exhibition, d’un commerce

ou d’affirmer son ego, il s’agit de sa contribution,

en témoignant de son état de vivant

comme n’importe quel autre, sans supériorité,

sans distinction, seulement guidé par son sang

qui transforme ce qu’il reçoit.

Il est aux humains ce que la chlorophylle est au végétal.

Il permet une transmutation.

L’artiste est un témoin de la vie,

son œuvre une matière vivante.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page