• Arthur Baudon Vernet

Le sexe, toujours et encore.

Dernière mise à jour : 29 mai 2021

Le fast food de temps en temps.

Un caprice régressif.

Se nourrir de junk-food

procure ce petit plaisir de l’interdit.

Attention, dans la répétition et la fréquence

on y perdra le goût tout autant que son âme.

Le petit restau du coin, comme un petit bonbon

jamais désagréable, mais toujours petit.

L’étoilé pour les grands soirs,

sophistiqué toujours,

parfois raffiné, épisodiquement sublime.

Le repas improvisé avec ce que l’on a sous la main.

Celui-là peut parfois se transformer en feu d’artifice

quand une pincée d’alchimie s’y mêle.

Dans tous les cas, toujours un soupçon

de sel et de piment

voire un mélange sucré-salé.

Maintenir les papilles en éveil.

Préférer la zone de turbulence à celle du confort.

Atteinte, une croisière dans le monde de l’ennui s’installe.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.