• Arthur Baudon Vernet

Le temps de la cueillette.

Pouvoir attendre l’inattendu,

Sortir de sa zone de confort,

mais aussi accepter de s’y prélasser.

Accepter de ne pas accepter les injonctions de la société,

c’est aussi une condition pour pouvoir s’abandonner.

C’est-à-dire se donner, devenir suffisamment transparent

pour se laisser transpercer par le monde

mais suffisamment opaque pour restituer la lumière,

rendre la beauté, la connaissance,

l’amour avec un twist personnel,

non pas pour satisfaire son ego

mais pour témoigner de son ipséité,

preuve de la vie vivante.

Un savant mélange d’attention extrême et d’abandon,

de répétitions et de surprises

Dans ce déséquilibre s’exprime le mouvement de la vie

La stabilité est confortable, mais mortelle.

L’instabilité source d’inquiétudes, mais de vie

La vie est totalement imprévisible,

laissons là nous cueillir de temps en temps.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

On ne se protège pas en se mettant à l’ombre de son ombre. Il faudrait pouvoir se regarder bien droit devant la glace scrutant la plus petite ride, comme la grosse, prenant en compte la taille et le v

Celui qui compose grave des mots dans le marbre du temps : les notes de musiques. Comme autant de cailloux blancs pour montrer le chemin autrement invisible. L’un a vu se dérouler dans son imaginaire

Le futur n’est jamais là, toujours en retard. Le présent est là tout le temps, maintenant. Son avenir est dans le passé, mais où est celui du passé ? Dans l’histoire ? Dans l’Histoire ? Cette conventi