top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Le temps suspendu.

Quand j’écoute mon fils

jouer du piano

et que j’écris en même temps,

j’ai le sentiment ,

je le sais plus encore quand je pleure,

je sais donc, qu’il le perçoit,

il entend la bille de mon roller

qui roule sur le papier,

et tel l’observateur qui modifie

l’expérience par sa seule présence,

je participe ainsi à son air et quand

il produit des nouveaux sons,

d’autres mélodies,

d’autres notes, parfois fausses ,

je suis cueilli par cet échange

sans paroles

sans enjeu,

ce partage qui me rempli,

suspendu comme les notes de musique

dans l’air..

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page