• Arthur Baudon Vernet

Le truc.

Le poète arrange les mots avec un truc,

c’est son tour de main qui donne un autre sens aux mots.

Il ouvre une porte qui n’existait pas

et laisse à son lecteur le choix de l’interprétation.

En franchissant la porte le liseur

va arranger lui aussi le paysage à sa façon.

Le tableau ainsi peint sera légèrement différent de celui du poète.

Avec chaque lecteur, un nouveau tableau sera esquissé.

Il ne peut pas y avoir deux fois la même lecture

car les mots du poète ne désignent pas.

Les mots du poète sont dans le « vouloir dire »,

ils sont un monde entre deux mondes.

Le poète est plus puissant que le scientifique

qui sait qu’il ne sait rien et qui se cogne à la réalité,

le poète n’en sais pas plus mais lui ne se cogne pas,

il se déplace partout et tout le temps.

Tout est potentiellement un sujet,

c’est son rapport au sujet qui est l’inspiration

et en plus la manière de rendre compte est infinie.

Avec seulement vingt six lettres,

la même histoire peut être conté

avec des millions de sens différents.

Il a su créer un monde sans limites.

Pas de limites de sujets,

pas de limites dans la façon de les traiter.





2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos