top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le truc.

L'arrangeur des mots joue avec eux

il a un truc, c’est son tour de main

qui donne un autre sens aux mots.

Il ouvre une porte qui n’existait pas

et laisse à son lecteur le choix de l’interprétation,

en franchissant la porte,

il va lui aussi arranger le paysage à sa façon.

Le tableau ainsi peint sera légèrement

différent de celui du poète.

Avec chaque lecteur, un nouveau tableau sera esquissé.

Il ne peut pas y avoir deux fois la même lecture

car les mots du poète ne désignent pas.

Les mots du poète sont dans le vouloir dire,

ils sont un monde entre deux mondes.

il laisse du vide entre deux pleins

et du plein entre deux vides.

Le poète est plus puissant que le scientifique

qui sait qu’il ne sait rien et qui se cogne à la réalité,

le poète n’en sais pas plus mais lui ne se cogne pas.

Il se déplace partout et tout le temps.

Tout est potentiellement un sujet puisque

c’est son rapport au sujet qui est l’inspiration

et la manière d'en rendre compte est infinie.

Avec seulement 24 lettres,

la même histoire peut être contée

avec des millions d'arrangements différents

Il a su créer un monde sans limites.

Pas de limites de sujets,

pas de limites dans la façon de les traiter..

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentários


bottom of page