• Arthur Baudon Vernet

Les vagues de la campagne.

Le bassin d’eau à la campagne

s’est transformé en mer intérieure.

Le souffle du vent rend réelles les vagues

pourtant imaginaires.

La nuit venue, le souffle est tombé.

Le blanc de la lune se met alors à caresser l’eau.

Sous la grange, les suspensions en forme

d’essaim gargantuesque empêchent

le noir d’envahir la nuit.

La soirée d’été s’installe teintée d’obscurité,

de lueurs et du noir des chauves-souris.





11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau