top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Papillons noirs, papillons blancs.

Celui qui compose grave

des mots dans le marbre du temps :

les notes de musiques.

Comme autant de cailloux blancs

pour montrer le chemin autrement invisible.

L’un a vu se dérouler

dans son imaginaire une mélodie, un arrangement,

l’autre y a entendu le son de certains mots.

Les deux ont composé une chanson.

Parfois les mots ne sont pas nécessaires,

les ponctuations des noires et des blanches

suffisent pour envouter le musicien

qui va leur donner vie,

tellement elles font partie de lui

il va les distribuer comme autant

de papillons dans les airs

qui vont grâce à son interprétation

envahir à leur tour les capteurs sonores de son public

et bouleverser leur être tout entier.

Chacun pourtant entend la même chose,

chacun, pourtant perçoit quelque chose

à la fois semblable et différent.

C’est ça un concert, non ?

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Commentaires


bottom of page