top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Pas à pas

Dernière mise à jour : 2 mars

L’improvisation diminue au fur et à mesure

qu’augmente notre apprentissage

du monde et de nous-même.

Mieux vaut savoir ce que l’on fait,

un chirurgien qui travaille au centimètre près

s’est trompé de métier comme le charpentier

qui peaufine sa poutre au millimètre.

Juger de la qualité de son travail implique

de savoir précisément ce que l’on fait,

le sachant, le « vouloir bien faire » s’évapore comme

le vouloir « faire ce que les autres attendent de nous »,

pour laisser advenir la pépite tant rechercher.

A peine trouvée, au lieu de s’en satisfaire,

la tentation du "toujours plus", ou du "toujours mieux "

risque de l’engloutir sous une couche

de connaissances superfétatoires.

Devenu le spécialiste d’un sujet de plus en plus étroit,

l’exigence d’un vocabulaire de plus en plus précis

rend ce savoir d’expert abscons.

Au lieu d’une ouverture, ces connaissances

deviennent un enfermement

dont la maitrise illusoire et le contrôle sont les murs.

L’alternative est de retrouver l’improvisation originelle,

appréhender la vie avec un regard d’enfant

désormais équipé d’outils d’adulte.

Le pas de côté nécessaire pour regarder

l’émerveillement bien en face.

 

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Commentaires


bottom of page