top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Pas à pas

Dernière mise à jour : 2 mars

L’improvisation diminue au fur et à mesure

qu’augmente notre apprentissage

du monde et de nous-même.

Mieux vaut savoir ce que l’on fait,

un chirurgien qui travaille au centimètre près

s’est trompé de métier comme le charpentier

qui peaufine sa poutre au millimètre.

Juger de la qualité de son travail implique

de savoir précisément ce que l’on fait,

le sachant, le « vouloir bien faire » s’évapore comme

le vouloir « faire ce que les autres attendent de nous »,

pour laisser advenir la pépite tant rechercher.

A peine trouvée, au lieu de s’en satisfaire,

la tentation du "toujours plus", ou du "toujours mieux "

risque de l’engloutir sous une couche

de connaissances superfétatoires.

Devenu le spécialiste d’un sujet de plus en plus étroit,

l’exigence d’un vocabulaire de plus en plus précis

rend ce savoir d’expert abscons.

Au lieu d’une ouverture, ces connaissances

deviennent un enfermement

dont la maitrise illusoire et le contrôle sont les murs.

L’alternative est de retrouver l’improvisation originelle,

appréhender la vie avec un regard d’enfant

désormais équipé d’outils d’adulte.

Le pas de côté nécessaire pour regarder

l’émerveillement bien en face.

 

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Комментарии


bottom of page