• Arthur Baudon Vernet

Regard sur Adèle Van Reeth.

Dernière mise à jour : 17 avr. 2021

Son œil émerveillé, brillant scintille d’intelligence,

de malice et d’autant de naïveté.

Un subtil mélange qui nous cueille.

Son verbe n’est pas dogmatique,

mais systématiquement adapté à son invité.

Il ne s’agit pas de parler de soi,

mais d’éclairer le point de vue de l’autre.

Faire en sorte que ses concepts, pensées,

visions deviennent intelligibles à l’auditoire

L’effacement de soi est un moyen,

un mouvement vers l’avant comme le geste que l’on fait

pour cueillir un fruit parfois facile d’accès,

parfois enfouis sous des branches ou trop éloigné.

Attention, ce fruit n’est pas que végétal, il est aussi animal.

Il faut savoir ne pas s’en approcher de trop près,

au risque de le faire fuir ou qu’il se referme.

Il faut parvenir à le métamorphoser en lui-même,

non pas pour qu’il brille mais pour qu’il rayonne.

Tout est objet d’étude,

tout peut être regardé de toutes les faces,

Encore faut-il être capable de s’extraire suffisamment

de soi pour que le sujet puisse être vraiment observé,

enrichi des lunettes de l’autre.

Oser les lui emprunter pour avoir une vision augmentée.

Un kaléidoscope nourrit des réflexions de tous ces penseurs,

intellectuels, philosophes qui nous ont précédés.

Quelles auraient été les pensées de Platon nourris

de celles de Spinoza, Nietzsche, Hume, Bergson ?

Les chemins de la philosophie,

c’est un chemin vers la conscientisation,

l’intégration de notre passé

enrichi de l’expérience de contemporains experts.

Nous faire prendre conscience que nous sommes vivants,

dans un entre-deux dans un milieu mouvant.

Adèle joue le rôle d’un « catalyseur-actif »

générant d’autres pensées.

Construire une capacité d’observation

convoquant celle de l’artiste,

du scientifique et bien entendu du philosophe

pour proposer un chemin de traverse,

ce « pas de côté » indispensable pour croquer la vie, la vrai.

Merci Adèle Van Reeth


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

La beauté fascine autant qu’elle repousse par la distance qu’elle impose. Comme une petite musique, l’air du « c’est trop beau pour moi » s’invite presque automatiquement en nous faisant déglutir invo