top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Rencontre du 4 ° type.

Un corps fini et une durée de vie limité.

Nous sommes limités en temps et en espace

et pourtant nous pouvons être dépassé

par nous même quand nous touchons

au plus grand que nous.

Qu’est ce dont ? Qui est-il ?

L’émerveillement nous cueille

quand nous sommes en présence de plus grand que nous.

Il ne s’agit pas d’admirer, l’admiration crée

une distance entre nous et la chose admirée,

alors que dans l’émerveillement

nous sommes inclus.

Nous faisons partie de la beauté du paysage ,

du visage qui nous sourit,

de la justesse d’une idée, d’une pensée ou d’une création

dont la simplicité, l’élégance et l’évidence

illuminent notre cerveau à la manière d’un feu d’artifice.

Quel drôle d’animal nous sommes,

tellement improbable, tellement vulnérable

et pourtant habité d’une propension

à être plus grand que son enveloppe,

à rendre le temps imparti plus long

en l’étirant comme un élastique.

Ce plus grand que nous est à la fois

en dehors de nous et en nous.

Quand on le rencontre, on le sait et pourtant

on ne le connait pas.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page