top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Soleil couchant

Besoin de reconnaissance ?

Non.

Besoin d’être compris ?

Non, même pas.

Exprimer le plus justement possible ce que l’on pense ?

Oui,

Et le partager, oui.

Partager le fruit de sa pensée

pour qu’elle rebondisse sur une autre.

Seule, sans l’autre, la pensée parait inutile,

perdue, gaspillée.

Comme une bouteille à la mer,

comme une oeuvre d’art qui n’est pas vue.

Comme un splendide coucher de soleil

que personne ne verrait.

Le soleil pourtant continuera de se coucher

et son assoupissement s’accompagnera

de magnifiques paysages.

Si personne ne les voit, à quoi bon ?

Lui, il s’en fiche probablement.

Mais le penseur, peut-il se suffire de penser

tout seul ? Probablement oui. 

Comme les couchers de soleil continuent

jour après jour à illuminer un coin de la planète.

Depuis un, dix , cent, mille ou deux mille ans

des pensées aussi éclairent nos esprits tous les jours

comme celles d’Epicure, Marc Aurèle, Spinoza,

Kierkergaard, Jung ,Nietzche et bien d’autres.

Autant de soleil que de penseurs finalement.

L’essentiel pour l’un est qu’il se couche

et pour les autres qu’ils pensent,

Ils le savent bien tous.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page