top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Soleil couchant

Besoin de reconnaissance ?

Non.

Besoin d’être compris ?

Non, même pas.

Exprimer le plus justement possible ce que l’on pense ?

Oui,

Et le partager, oui.

Partager le fruit de sa pensée

pour qu’elle rebondisse sur une autre.

Seule, sans l’autre, la pensée parait inutile,

perdue, gaspillée.

Comme une bouteille à la mer,

comme une oeuvre d’art qui n’est pas vue.

Comme un splendide coucher de soleil

que personne ne verrait.

Le soleil pourtant continuera de se coucher

et son assoupissement s’accompagnera

de magnifiques paysages.

Si personne ne les voit, à quoi bon ?

Lui, il s’en fiche probablement.

Mais le penseur, peut-il se suffire de penser

tout seul ? Probablement oui. 

Comme les couchers de soleil continuent

jour après jour à illuminer un coin de la planète.

Depuis un, dix , cent, mille ou deux mille ans

des pensées aussi éclairent nos esprits tous les jours

comme celles d’Epicure, Marc Aurèle, Spinoza,

Kierkergaard, Jung ,Nietzche et bien d’autres.

Autant de soleil que de penseurs finalement.

L’essentiel pour l’un est qu’il se couche

et pour les autres qu’ils pensent,

Ils le savent bien tous.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page