top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Sur le pont du bateau

7h00 du matin.

La caresse des rayons déjà chauds du soleil.

Un léger vent d’ouest.

Le paysage change au rythme des mouvements

du bateau autour de son ancre.

Vue sur le port, puis sur le large,

ensuite la baie puis le large,

et le port à nouveau et encore.

Le seul son est le léger flip flap

du drapeau maltais et parfois celui d’une vaguelette

plus grosse que les autres qui manifeste

son existence en se brisant sur la coque.

Sinon, rien.

Seuls, le ciel, le soleil et la mer.

L’attention est subjuguée par la beauté,

cette beauté totalement

naturelle et nue qui se livre à nous.

Nos yeux maintenant réellement attentifs captent

les changements de lumières

qui opèrent à chaque instant.

La beauté du monde qui normalement

peut nous éclabousser,

nous explose en pleine gueule.

Comment est ce possible ?

Quelle chance d’être là !

Comme c’est beau.

Comme c’est beau.

Comme c’est beau!

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page