• Arthur Baudon Vernet

Trier les nuages

Laisser rentrer dans sa tête,

seulement ce que l’on a décidé d’y laisser entrer.

Ne pas se laisser envahir par des pensées nuisibles,

non conscientes, qu’elles proviennent de soi ou d’ autres.

Les laissez-passer comme des nuages dans le ciel,

ne pas essayer de les stopper.

Arrêtés dans leur élan

ils vont s’empiler au-dessus de nos têtes

pour constituer un tas de nuages gris, puis noir.

D’abord statiques puis tournant en rond,

la ronde des même,

ils libéreront leur fiel tôt ou tard.

En laissant un ciel bleu, parfois gris,

pas toujours lumineux, mais dégagé,

les nuages n’y feront que passer.

Les idées comme le fond de la piscine

reflètent les couleurs du ciel.

Sombres, leur champ se rétrécie, leur profondeur aussi.

L’orage ou la tempête ne sont pas inévitables,

alors dans sa rencontre avec le pot au noir

Il faut savoir ne rien faire, affaler les voiles,

couper les moteurs et attendre que ça passe.

Les idées noires n’empêcheront

pas le soleil de se lever demain,

Au lieu de se concentrer

sur quelques nuages stagnants.

un simple tri à l’entrée suffit parfois,

souvent, presque toujours.

Nos pensées devenus claires, limpides

et changeantes, se propagent

alors allègrement d’un sujet à l’autre.

Le mouvement ainsi créé parait inexorable,

sautant de lianes en lianes

à un rythme propice à l’observation et à la réflexion.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.