top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Un observateur averti en vaut deux.

Il y avait une distance entre eux.

Plus les années passaient,

plus cette distance s’était installée,

elle ne grandissait pas,

mais persistait.

Ils n’osaient pas faire l’effort de se connaitre.

Un jour, l’un prit le sujet à bras le corps

et entrepris d’essayer de connaitre l’autre.

La distance soudain se réduisit.

Certes, une zone d’ombre résiduelle existait,

car on ne peut pas jamais totalement connaitre un sujet.

Mais depuis, tous les deux pouvaient partager

des moments de plus en plus complices,

faisant fi de l’avis des autres,

ils finirent par agir en plein accord avec eux-mêmes.

La distance entre l’observateur

et la chose observée avait disparu,

il n’y avait plus de conflits,

comme si ils ne faisaient plus qu’un.

Il avait fait la connaissance de soi.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page