top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Un son d’encre

Le musicien joue de son instrument,

c’est le stylo qui émet les notes qui sortent du papier.

Il tape les blanches et les noires

l'écrivain gratte le papier.

Les doigts courent sur le clavier

pour réveiller les notes

transformées en sons qui s'envolent,

quand la gravité de l’encre

du stylo va l’enraciner sur le papier.

Dans les deux cas,

c’est pourtant bien d’un langage dont il s’agit.

Les deux ont un temps donné,

l’écriture comme le concerto

se déroulent en direct dans un rythme,

un élan, sans dépôt.

Le pianiste ne peut arrêter le flot de notes

qu’il a commencé à irriguer.

L’écrivain ne peut déposer son stylo

tant que le flux des signes qu’il dessine

sur le papier l’emporte.

L’un comme l’autre sont pris

dans une course qui les dépasse.

Le pianiste se laisse emballer

par la danse de ses mains entrainant tout son corps.

L’écrivain qui apparemment tient le stylo

n’est-il pas lui même le simple scribe

de quelque chose de plus grand que lui ?

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page