• Arthur Baudon Vernet

24h dans la vie.

L’écriture rend intense

les 24 heures que nous avons tous,

riches, pauvres, malades, en bonne santé,

vieux, jeunes, hommes, femmes,

nous disposons tous de 24 h par jour.

L’écriture permet de vivre plusieurs fois

et différemment les mêmes instants vécus.

Quand je les vis,

quand je me mets à écrire,

quand je me relis,

quand je partage cet écrit avec les autres

et parfois quand j’écris à nouveau

sur le même instant

avec une légère différence dans le regard.

Il ne s’agit donc pas de se perdre

dans une agitation effrénée,

de multiplier les actions, les déplacements.

Il s’agit de prêter attention à

ce à quoi on fait attention,

car ce petit rayon de lumière

dans une flaque d’eau

va précipité le beau dans mon esprit

comme ce regard croisé dans l’escalator

va devenir un amour ou

les bribes de conversations entendues

à la terrasse du café une histoire,

ou encore cette idée nette qui a surgit

en marchant va désembrumer ma pensée.

Une intensité accompagne

parfois de façon extrême ces 24h ,

heureusement ,

il y a les vacances pour se reposer.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

On ne se protège pas en se mettant à l’ombre de son ombre. Il faudrait pouvoir se regarder bien droit devant la glace scrutant la plus petite ride, comme la grosse, prenant en compte la taille et le v

Celui qui compose grave des mots dans le marbre du temps : les notes de musiques. Comme autant de cailloux blancs pour montrer le chemin autrement invisible. L’un a vu se dérouler dans son imaginaire

Le futur n’est jamais là, toujours en retard. Le présent est là tout le temps, maintenant. Son avenir est dans le passé, mais où est celui du passé ? Dans l’histoire ? Dans l’Histoire ? Cette conventi