top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Christian Bobin

Un décalage entre ses yeux souriants

où l’on voit ses larmes

prêtent à jaillir d’émotions

et sa voix qui semble hésiter

avant de produire le son du mot

qu’il a finalement trouvé,

pour tenir des propos secs

sur les priorités ridicules

que notre société a choisi

et des mots gourmands, ronds

et délicats pour nous faire ressentir

le bruit des pas dans la neige,

la merveilleuse couleur

d’un chant d’oiseau ou

la chaleur d’un rayon de soleil

sur nos joues.

Aujourd’hui je ressens plutôt

le gout salé et la chaleur de mes larmes

sur les miennes.

Mais, demain, je penserai à lui

quand ce seront les larmes

de la joie de vivre la vie.




9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page