top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Christian Bobin

Un décalage entre ses yeux souriants

où l’on voit ses larmes

prêtent à jaillir d’émotions

et sa voix qui semble hésiter

avant de produire le son du mot

qu’il a finalement trouvé,

pour tenir des propos secs

sur les priorités ridicules

que notre société a choisi

et des mots gourmands, ronds

et délicats pour nous faire ressentir

le bruit des pas dans la neige,

la merveilleuse couleur

d’un chant d’oiseau ou

la chaleur d’un rayon de soleil

sur nos joues.

Aujourd’hui je ressens plutôt

le gout salé et la chaleur de mes larmes

sur les miennes.

Mais, demain, je penserai à lui

quand ce seront les larmes

de la joie de vivre la vie.




11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Le contenu et le contenant

Un déménagement heureusement prend un certain temps. Ce temps permet de prendre conscience de la quantité d’objets inutilement accumulés de la beauté oubliée de certains, des souvenirs toujours vivace

Comments


bottom of page