top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre,

mais j’existe par le regard de l’autre.

Quand ce regard est éclairé

par le soleil de l’amour,

je me sens immédiatement plus joyeux,

comme si l’amour m’envoyait des rayons

chauds et lumineux, aussitôt réfléchis

sur tout ce qui m’entoure

À mon tour , devenu

instantanément source de lumière

après cet embrasement.

C’est bien ton regard d’amour,

flouté par les larmes quand je te dis je t’aime,

qui en est l’origine.

La durée et l’intensité de mon rayonnement

sont plus longues et plus intenses que songé.

C’est comme si j’avais été irradié

une bonne fois pour toute.

Mon cœur devenu à son tour

source inépuisable de vie, de joie,

de beauté et d’amour, paré à contempler

la beauté du monde debout sur notre nuage,

ma main posée sur ta hanche.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Le TT ( Tender to)

Quitter la résidence principale maritime sur son annexe en plastique gonflable pour rejoindre ses semblables Vivre sur une base déjà fragile face à la puissance des Océans, des vents de la Terre et re

Σχόλια


bottom of page